Nordahl Lelandais a reconnu avoir tué le caporal Arthur Noyer le 29 mars 2018. © AFP/ JEAN-PIERRE CLATOT


L’homme qui a reconnu avoir tué le caporal Arthur Noyer et la petite Maëlys est-il derrière une autre disparition ? C’est l’une des pistes que les enquêteurs explorent après la découverte d’un lien entre Nordahl Lelandais et Éric Foray, qui a disparu dans la Drôme en septembre 2016. Il y a quelques jours, ils ont vu le nom d’un membre de la famille d’Éric Foray dans le carnet d’adresses du meurtrier présumé, rapporte France 3. « C’est peut-être une coïncidence, mais les gendarmes ont retrouvé le nom de Julien Foray, le cousin d’Éric, dans le calepin », a expliqué à 20 Minutes le compagnon de l’homme disparu, Régis Pique.

 

É ric Foray, âgé à l’époque de 47 ans, a disparu le 16 septembre 2016 . Les derniers signes de lui sont des images de vidéosurveillance enregistrées alors qu’il fait ses courses à Chatuzange-le-Goubet, près de son domicile dans la Drôme à la mi-journée. À 12 h 15, il est vu dans une boulangerie pour la dernière fois. Puis il disparaît avec son véhicule. Depuis, son compagnon ne cesse de le chercher, multipliant les avis de recherche et les signalements. Même si Régis Pique regrette de n’avoir pas rencontré un écho suffisant chez les forces de l’ordre, la gendarmerie de Bourg-de-Péage a lancé un avis de recherche pour disparition inquiétante en octobre 2016.

« Je ne veux pas croire qu’Éric ne soit plus »

« C’est horrible. D’un côté, cela donne de l’espoir de voir que l’enquête avance et, en même temps, cela fait très peur, car c’est Nordahl Lelandais… » raconte Régis Pique à 20 Minutes. L’ancien maître-chien est mis en examen pour la mort d’Arthur Noyer et celle de Maëlys. Dans les deux cas, il a reconnu les faits tout en invoquant des circonstances accidentelles. « Pour l’instant, je ne veux pas croire qu’Éric ne soit plus, conclut Régis Pique. Pour moi, il est toujours vivant et je vais continuer à le chercher en attendant d’être reçu, le 30 avril prochain, par le juge d’instruction. »

 

 

 


PAR 

Modifié le  – Publié le  | Le Point.fr