MERCI DE CLIQUER SUR LES BANNIÈRES DE PUB SUR CE SITE POUR LE FAIRE VIVRE

 

Les Français ont le dos large. Selon un sondage d’OpinionWay* pour Vexim**, révélé par 20 Minutes, 9 Français sur 10 souffrent de cette partie du corps assez utile. Plus étonnant, ce « mal du siècle » touche largement les jeunes : 84 % des 18-24 ans déclarent avoir déjà eu mal au dos. Dans le détail, 25 % des jeunes interrogés ont souvent mal, 37 % de temps en temps et seulement 15 % jamais. Pourquoi ces douleurs sont-elles omniprésentes et comment les éviter dès la vingtaine ?

>> A lire aussi: Accidents du travail: Le mal de dos fait souffrir les entreprises

Un tiers des jeunes Français passifs face à la douleur

Normal le mal de dos ? Jusqu’à ce qu’on reste coincé par terre… Alors que 1 Français sur 5 déclare ne rien faire face au mal de dos, les 25-34 ans sont pour leur part 1/3 a faire le gros dos face à la douleur. « Tout le monde a mal au dos, donc ça paraît logique et on ne prend pas le temps de se soigner, résume Steffen Queinnec chirurgien de l’Institut Parisien du dos. Surtout quand on n’est pas au courant des solutions thérapeutiques. » Sophie Jacquot, kinésithérapeute spécialiste du dos, a pour habitude de prévenir ses patients ainsi : « Le mal de dos, ce n’est pas une fatalité ! J’ai des patients qui m’expliquent que leurs parents souffraient du dos mais ce n’est pas du tout héréditaire. Il faut que les gens se sentent responsables de leur dos et non victimes. »

Illustration du mal de dos
Illustration du mal de dos – Pixabay

 

« 30 % des lombalgies aiguës deviennent chroniques »

Et se préoccuper de ces petites tensions peut s’avérer utile… même à 20 ans. « Les jeunes passent beaucoup de temps avachis dans leur canapé devant le PC, regrette la kinésithérapeute. Si on prend l’habitude d’avoir le dos voûté, les disques s’abîment plus vite. Et la douleur irradie partout dans le corps. Apprendre à se grandir est nettement plus simple à 20 ans qu’à 40 ans ! »

D’autant que certains de ces jeunes qui tournent le dos aux douleurs risquent ensuite de développer une lombalgie handicapante. « Plus on prend tôt le problème, mieux on peut le régler, reprend le chirurgien. A l’Institut, nous recevons surtout des patients bloqués ou des personnes qui consultent au bout de trois ou quatre ans de douleurs. La difficulté, c’est de toucher les patients en situation intermédiaire. Or, 30% des lombalgies aigües deviennent chroniques.» Un écueil à éviter tant qu’on peut changer ses habitudes, «d’autant que cette maladie peut rapidement isoler si les douleurs freinent sa vie professionnelle et sociale. »

Quand faut-il s’inquiéter ? « Quand vous avez une lombalgie qui dure plus de dix jours ou qui se répète, il faut consulter », conseille le chirurgien. Autre signal d’alarme : « si vous n’arrivez pas à rester assis plus d’un quart d’heure».

>> A lire aussi: Des cellules souches pour réparer les disques vertébraux

Quels moyens pour éviter le mal de dos ?

Bonne nouvelle : « On peut aller mieux rapidement et facilement », rassure la kiné. Selon l’étude, le mal de dos trouve ses origines dans une mauvaise posture/position (46 %), le stress (13 %) et l’alimentation (7 %).

« La sédentarité est catastrophique pour le dos, analyse le chirurgien. Si vous travaillez, ou étudiez, huit heures par jour assis, vous risquez de perdre une partie de votre masse musculaire. Il faut imaginer que la musculature dorsale et abdominale profonde agit comme un corset interne qui permet le maintien du dos. » Et le professeur de citer en exemple les pays scandinaves qui proposent des positions assis-debout à leurs salariés, des réunions debout, des cours de pilates ou des conseils d’ergothérapeutes. Car « la raideur est le lit de la douleur », renchérit Sophie Jacquot. La kiné plaide donc pour le trio gagnant : « il faut penser à s’autoagrandir quand vous êtes debout , mais aussi assis et surtout quand vous vous penchez, il faut fléchir les jambes et garder le dos droit. »

Pendant de la sédentarité, une activité physique régulière est le meilleur traitement préventif. Avec quelques précautions. « L’organisme supporte mieux deux fois une demi-heure de sport qu’une seule fois trois heures, conseille Steffen Queinnec. Et si vous souffrez du dos, mieux vaut commencer par la natation ou la marche et non par des sports de torsion (tennis, golf). Nous conseillons souvent à nos patients de devenir des triathlètes : natation, course (mais sur une surface meuble) et vélo. » Mais le maître mot reste l’adaptation. « On voit de plus en plus de Français se mettre à la salle de sport. C’est bien, mais il est plus prudent de se laisser guider par un kiné ou un coach plutôt que se lancer seul sur une machine. » Et Sophie Jacquot d’ajouter: «Le stress joue un rôle psychosomatique dans le mal de dos. Cela fait trente ans que je travaille et les corps que je manipule sont beaucoup plus tendus aujourd’hui. Or faire du sport est une bonne solution pour évacuer le stress.»

Autre cause : l’obésité. Selon une étude d’Ipsos de 2012 sur les 15-25 ans, un jeune Français sur cinq est en surpoids ou obèse. Or l’excès de poids pèse lourd dans les maux de dos : la graisse du ventre tire sur le dos, cela aggrave l’usure du disque intervertébral et les douleurs ligamentaires. Et attention aux solutions drastiques « Nous recevons en consultation beaucoup de personnes qui après un régime important ont développé une lombalgie, précise Steffen Queinnec. Il faut donc éviter que cette perte de poids s’accompagne d’une perte de muscle.»

Et comme pour beaucoup de problèmes de santé, limiter la cigarette serait une bonne idée. « Des études récentes montrent que le tabac déshydrate les disques intervertébraux ce qui peut provoquer une discopathie, l’une des causes de lombalgie ». Enfin dernier conseil pratique : choisir une bonne literie. « Aujourd’hui avec les matelas et oreillers ergonomiques, chacun peut tester et trouver une literie adéquate. »

*Etude réalisée auprès d’un échantillon de 1009 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

** Vexim est une société experte dans la traumatologie du dos.

 

 

 

*Oihana Gabriel, Publié le Mis à jour le

http://www.20minutes.fr/sante/2033427-20170320-mal-dos-comment-eviter-mal-siecle-touche-9-francais-10-jeunes