Un kangourou, un koala et un wallaby, espèces qui souffrent de la sécheresse en Australie.Crédit : Floris Jan-Roelof Huiskamp / Vita Vilcina / David Clode / Unsplash



Bébés kangourous abandonnés par leur mère, wallabies rendus aveugles par le soleil, koalas contraints à des marathons pour se nourrir… Les animaux sauvages ne sont pas épargnés par la sécheresse qui assèche l’Australie. Le manque d’eau, qui perdure depuis plusieurs années dans certaines régions, grille les récoltes et contraint certains éleveurs à abattre leur bétail faut de pouvoir l’alimenter.

La sécheresse aggrave aussi les conditions de vie des espèces endémiques pourtant plus résistantes que le cheptel. « Un grand nombre de kangourous meurent dans tout le pays« , explique Richard Kingsford, professeur d’écologie à l’Université de Nouvelle-Galles du Sud, soulignant que les changements sont si rapides que de nombreux « animaux et plantes n’ont pas le temps de s’adapter ».

Les autorités ont augmenté leurs aides aux agriculteurs plongés dans de graves difficultés financières. Mais pour les scientifiques, il faut soutenir parallèlement la faune et la flore sauvages, lesquelles sont aussi confrontées à l’activité humaine, à la concurrence d’espèces invasives et à la réduction de leur habitat.

Bébés kangourous abandonnés, wallabies aveuglés

Racheal Walker, qui travaille pour Wires, association de volontaires spécialisée dans le sauvetage d’animaux sauvages, a constaté une nette augmentation du nombre de bébés kangourous secourus dans le centre-ouest de l’État oriental de Nouvelle-Galles du Sud. Les bébés malnutris sont abandonnés par leur mère qui ne peut plus les alimenter, d’autres sont des orphelins dont les parents ont été fauchés par des voitures en s’approchant des villes pour trouver eau et nourriture.

Elle a également remarqué que les marsupiaux plus petits, qui d’ordinaire préfèrent les zones boisées, vont bien plus loin pour manger. « On trouve beaucoup plus de wallabies aveugles car ils s’aventurent à découvert dans les champs pour chercher leur nourriture, et leurs yeux sont incapables de faire face au grand soleil », témoigne-t-elle. Les koalas parcourent de plus grandes distances à mesure que les eucalyptus dont ils se nourrissent se dessèchent, ce qui les expose aux attaques de chiens et aux accidents de voiture.

Les échidnés à nez court, petits mammifères qui ressemblent à des hérissons et se nourrissent des insectes attrapés avec leur langue collante, se font aplatir sur les routes pendant la saison des amours. Depuis 2016, Wires a relevé une augmentation de 52% du nombre de macropodes secourus (marsupiaux de la famille des kangourous), un chiffre qui bondit à 81% s’agissant des wombats. Ces taux pourraient être bien plus élevés dans l’arrière-pays inhabité, ajoute Racheal Walker.

Collisions avec des automobilistes

Dans le nord-ouest de la Nouvelle-Galles du Sud, les populations de kangourous se sont effondrées de plus de 90%, explique le professeur Kingsford. La sécheresse exacerbe les conflits d’intérêts entre animaux sauvages et agriculteurs qui tentent désespérément de préserver chaque brin d’herbe pour leurs troupeaux.

À Booligal, où la pluviométrie est inférieure cette année de 75% à la moyenne, les agriculteurs Matt et Sandra Ireson ont constaté une augmentation du nombre de kangourous et d’émeus aux abords des routes. Ils cherchent les « touffes de verdure » qui apparaissent à la faveur des rares averses, quand l’eau recueillie par le tarmac ruisselle sur les bordures des routes.

En conséquence, le nombre de collisions entre les véhicules et les bêtes sauvages a bondi de 20% ces trois dernières années, selon le secteur des assurances. Si bien que Sandra Ireson a commencé à donner aux jeunes agriculteurs des cours de conduite « spécial sécheresse ». Les plus grandes espèces de kangourous peuvent faire deux mètres de haut et peser 90 kilogrammes. Les collisions causent de sérieux dégâts aux voitures et aux conducteurs.

Plus de sécheresse avec le réchauffement climatique

Les scientifiques préviennent que les sécheresses et vagues de chaleur vont s’aggraver avec le changement climatique. Les Australiens devront s’habituer au manque d’eau mais aussi à voir la faune de près. Pour Alison McLean, une agricultrice qui dirige « The Long Paddock », un projet touristique destiné à inciter les gens à visiter la région, la cohabitation entre animaux sauvages et êtres humains ne doit pas forcément mal se passer.

« Ils se rapprochent, ce qui donne l’occasion aux gens de les voir, tant qu’ils sont prudents au volant », explique-t-elle. Il ne semble pas prêt de pleuvoir et le professeur Kingsford espère que les autorités prendront des mesures pour protéger les espèces vulnérables, comme par exemple empêcher le bétail d’aller dans les parcs nationaux afin que les animaux sauvages puissent y trouver leur nourriture.

« Il y a un débat sur les difficiles conditions de vie des agriculteurs, ce qui est normal, mais les gens doivent aussi prendre conscience que l’environnement naturel souffre aussi en période de sécheresse », termine-t-il.


Paul Véronique 
Paul Véronique et AFP