Le nombre d’individus suivis par les services de renseignement pour « radicalisation violente » augmente. D’après le directeur général de la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI), Laurent Nuñez, invité sur RTL le 14 novembre 2017, le FSTRP (Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste) comporte aujourd’hui « un peu plus de 18.000 noms ». Au début de l’année 2017, il en comptait entre 15.000 et 16.000.

Ces personnes sont réparties « entre tous les services du renseignement, explique-t-il, pour la DGSI qui suit les individusles plus dangereux, nous avons environ 4.000 objectifs suivis par nos services ». Pour des raisons évidentes de sécurité, Laurent Nuñez ne peut donner les détails de ce suivi mais précise que ces individus sont « pris en compte » et effectivement « surveillés ». Parmi ces 4.000, certains sont surveillés de très près au vu de leur dangerosité, mais impossible pour le chef du renseignement intérieur français de préciser combien de personnes sont concernées.

Laurent Nuñez, qui rappelle que la menace terroriste à la fois endogène et exogène n’a pas diminué envers la France, se félicite des actions depuis 2013 : « 46 attentats ont été déjoués, 17 ont échoué et 10 ont eu lieu ». Mais les services de renseignement ne baissent pas la garde. Al-Qaïda comme Daesh menacent toujours le territoire national au nom de l’islam radical.


Elizabeth Martichoux 
Elizabeth Martichoux, Journaliste RTL

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/islamisme-radical-18-000-personnes-sont-suivies-annonce-la-dgsi-sur-rtl-7790951119?utm_campaign=Newsletter&utm_medium=&utm_source=Newsletter+Quotidienne+Info