Le Robert illustré 2019 sortira mercredi 16 mai. Le Petit Robert sera disponible de son côté le 28 juin prochain.

© BELGA/AFP/ Jean-Marc Quinet


La langue française évolue chaque année. Mercredi 16 mai, sera disponible à la vente le Robert illustré 2019. Le Petit Robert, lui, sortira le 28 juin prochain. Au fil de leurs pages, de nouveaux mots ont fait leur apparition. Dans son édition de lundi, Le Parisien recense ces nouveautés de cette édition, ainsi que leurs sens. Politique, terrorisme ou encore du droit des femmes, plusieurs thématiques émergent cette année. Dans la catégorie des termes politiques, on retrouve ceux souvent utilisés par les candidats à l’élection présidentielle en 2017. Le « dégagisme » de Jean-Luc Mélenchon fait ainsi son entrée dans les dictionnaires Robert. Son sens : « rejet de la classe politique en place ».

On retrouve aussi le terme « antisystème » et sa signification : « qui s’oppose au système en place ». Les notions de « revenu universel », « cabinet noir » et « travailleur détaché » font leur entrée. De leur côté, les termes « marcheur » et « insoumis » possèdent désormais un nouveau sens, politique celui-là, se référent aux adhérents des partis politiques stars de l’élection présidentielle 2017, LREM et La France insoumise. « Ceux qui reviennent très souvent durant la campagne sont les fameux éléments de langage utilisés par les candidats et les partis », explique Marie-Hélène Drivaud, directrice éditoriale des éditions le Robert.

« Violences faites aux femmes », « chia » et « revenant »

Autre thématique, celle relative aux femmes et à leurs droits et à leur place dans la société actuelle. Ainsi, l’expression « violences faites aux femmes » rejoint pour la première fois le dictionnaire relève Le Parisien. Idem pour le terme « frotteur » en référence à ces personnes recherchant des « contacts érotiques » dans les transports en commun, ou encore « écriture inclusive ». Concernant le terrorisme, trois nouveaux termes font leur entrée : « fiché S », « cyberdéfense » et « revenant ». Ce dernier est défini de la façon suivante : « djihadiste qui regagne son pays d’origine après être parti(e) combattre ».

Plusieurs anglicismes font également leur entrée dans les dictionnaires. C’est le cas notamment de « chatbot » (un agent conversationnel), de « cosplay » (défini comme une « pratique qui consiste à incarner un personnage de fiction »), de « darknet » (« partie du réseau Internet accessible par des logiciels qui anonymisent les données des utilisateurs »), mais aussi de « fashionista », « e-sport », « running » ou encore « queer » afin de désigner une « personne dont l’orientation ou l’identité sexuelle ne correspond pas aux modèles dominants ». Des anglicismes qui viennent flirter avec des expressions renvoyant à de nouvelles tendances : celles des « rageux » (« personne agressive, animée par la haine, la jalousie »), de la « grossophobie » (« attitude de stigmatisation, de discrimination envers les personnes obèses ou en surpoids »), ainsi que le terme « VTC ». Côté tendance culinaire, les mots « chia », « teriyaki » et « pavlova » font leur entrée ».


PAR Modifié le  – Publié le  | Le Point.fr

http://www.lepoint.fr/societe/frotteur-degagisme-darknet-voici-les-nouveaux-mots-du-robert-14-05-2018-2218119_23.php?boc=1224511&m_i=lq4lSDhoXXL5fbqvrdISxvcvg2lbnnm1p7GGVsVZs_298Uyz7cCiLAFQRcF4qw07JDyIulu1sb5nLSbyu1vXYDbI_zUllo&M_BT=669846987688#xtor=EPR-6-[Newsletter-Mi-journee]-20180514