Elle réclamait un frottis… sans s’allonger sur le dos. En 2010, Sami Haddad, gynéco-obstétricien à Périgueux tente alors une position novatrice pour examiner sa patiente : sur le côté. « J’avais lu Le Chœur des femmes de Martin Winckler où il l’évoque, raconte Sami Haddad. Mais il ne l’a jamais expérimenté ». Au Royaume-Uni en revanche, la technique était connue depuis le XIXe siècle. « C’est une position qui était surtout utilisée pour les accouchements, puis pour les examens gynécologiques », explique Armelle, généraliste qui a consacré sa thèse au sujet. Celui qui l’a fait connaître était un chirurgien peu recommandable : il s’entraînait sur des esclaves… »

« Cela reste confidentiel »

Depuis, la position sur le côté pour un simple examen a été un peu oubliée. Et paradoxalement surnommée « examen à l’anglaise » alors qu’il n’est pas si courant que ça outre-Manche. Mais le sujet, évoqué dans le roman de Martin Winckler, revient sur la table récemment avec notamment trois thèses consacrées au sujet en 2 015 et quelques praticiens qui s’y mettent. Dont Sami Haddad, promoteur convaincu. « Ce que vous venez de faire, c’est extraordinaire, m’a confié ma première patiente à tester la position sur le côté. Une deuxième confirme. J’ai commencé à le proposer de plus en plus souvent. » Mais il nuance : « Le bouche-à-oreille a fait que ça se démocratise, mais ça reste confidentiel. » Pourtant, les études prouvent que cette petite variation pourrait changer bien des choses à la santé des femmes.

Quel est l’intérêt d’un examen sur le côté ?

La thèse d’Armelle a montré que « globalement, la position est très appréciée aussi bien du point de vue du confort, pudeur, anxiété et douleur. C’est peu connu, mais très plébiscité. » Même écho du côté de Dr Borée, généraliste et blogueur : « Mes patientes me disent que c’est plus confortable et plus respectueux ». Autre avantage : « quand on est sur le côté, on ne peut pas serrer les fesses alors que quand on est sur le dos, si on serre sur le speculum et on se fait encore plus mal », ajoute Sami Haddad. Et cette position sur le côté pourrait faciliter la vie de certaines patientes, « notamment celles qui ont été victimes de violences sexuelles pendant leur enfance, mais aussi les personnes handicapées, les patientes obèses ou celles qui ont des problèmes de hanches », souligne ce gynécologue.

A lire aussi: C’est quoi une gynécologue bienveillante ? Cinq questions aux fondatrices du blog Gyn & co

Un problème de santé publique

Et le sujet mérite qu’on s’y intéresse. « C’est une vraie manière d’améliorer la prévention du cancer du col, avance Sami Haddad. En France, une femme sur deux n’est pas dépistée et 1 000 femmes meurent d’un cancer du col chaque année. Or le côté intrusif de l’examen gynécologique peut en décourager certaines. »

C’est quand le changement ?

« Moi je propose l’examen sur le côté de façon systématique et les patientes sont partantes dans 7 cas sur 10 », reprend la généraliste. Mais certains praticiens estiment que la position complique l’examen. Mieux vaut bien sûr que le médecin soit à l’aise. « Au bout d’une dizaine d’examens, ce n’est pas plus difficile, rassure Sami Haddad. C’est même plus pratique pour les patientes qui ont un utérus rétroversé, car le médecin voit mieux le col. Mais les gynécologues ne comprennent pas l’intérêt de cette position, regrette le gynécologue. Le changement viendra des généralistes. D’abord parce que la prévention, la contraception, les frottis peuvent se faire chez un généraliste. Mais également parce qu’ils n’ont pas toujours une table de gynécologie, or on peut réaliser cet examen sur le côté avec une table normale. »

« Certes ça se développe vu qu’on part de zéro, reprend Dr Borée. Mais les médecins et sages-femmes qui l’utilisent sont déjà très sensibilisés au bien-être des patientes. » Pour autant, la formation de ces praticiens commence à s’emparer de la question : « Des facultés m’ont demandé mes schémas d’examen sur le côté ! », rassure Dr Borée, qui avait publié des dessins sur son blog.

 

Un schéma publié par Dr Borée sur son blog explique comment se déroule un examen gynécologique sur le côté.
Un schéma publié par Dr Borée sur son blog explique comment se déroule un examen gynécologique sur le côté. – Dr Borée

 

Mais pour ces médecins, la démocratisation de cette technique passera par les patientes, de plus en plus concernées par l’empowerment. Elles peuvent demander à tester la position, apporter des schémas disponibles sur internetsur certains blogs. Et même cibler les médecins à consulter sur le site gyn & co, un réseau qui répertorie les soignantes qui acceptent notamment l’examen sur le côté.

Pour autant, cette technique n’est pas pour tout le monde. « Certaines femmes ont besoin de voir ce que fait le professionnel », précise Armelle. Et Sami Haddad de marteler. « Attention de ne pas réimposer une solution toute faite. La position sur le côté n’est qu’un outil d’une relation respectueuse. La personne qui décide, c’est la patiente. »

 

 

 

 

 

* Oihana Gabriel, Publié le Mis à jour le

http://www.20minutes.fr/sante/1925467-20160918-france-decouvre-examen-gynecologique-cote