Donald Trump en couverture du National Enquirer, le 12 juillet 2017, sur un stand de journaux à New York (Mary Altaffer/AP/SIPA)

Un journal people qui paie des informations pour ne pas les sortir ? C’est ce qu’a fait − au moins deux fois − le « National Enquirer », un hebdomadaire américain à scandale, qui a versé 30.000 dollars à un ex-portier de la Trump Tower, Dino Sajudin.

Ce dernier affirmait que Donald Trump aurait eu un enfant caché avec une de ses employées. Cette rumeur a été relayée jeudi par le « New Yorker », dans un long article de Ronan Farrow – un des journalistes auteurs des révélations sur Harvey Weinstein.

Le rédacteur en chef du « National Enquirer », Dylan Howard, a reconnu ce versement dans un article publié par Radar Online, un site appartenant au même groupe de presse, American Media Inc (AMI). Sollicité par l’AFP, AMI a confirmé l’existence de ce versement.

« Une faveur pour protéger Trump »

Citant plusieurs sources anonymes au sein d’AMI, le « New Yorker » affirme qu’après avoir acheté fin 2015 l’exclusivité de l’information, le « National Enquirer » a sciemment choisi de ne jamais la publier. Trump avait alors lancé depuis plusieurs mois sa campagne pour l’élection présidentielle de 2016. Une version démentie par AMI qui, dans un communiqué jeudi, affirme que le groupe de presse n’a jamais acheté l’exclusivité d’une information dans le but de l’enterrer par la suite.

La décision de ne pas publier l’information relative à cet enfant, une fille qui aurait aujourd’hui 29 ans, a été prise à l’issue d’une enquête ayant démontré qu’elle n’était « pas crédible », a soutenu AMI. Mais des employés d’AMI, sources de Farrow, lui ont assuré qu’en réalité, sitôt l’exclusivité payée à l’ex-portier, le PDG de l’entreprise a ordonné à ses reporters de cesser les investigations. Selon l’un d’eux, « il n’y a aucun doute que c’était fait comme une faveur pour protéger Trump contre ces secrets potentiels ».

Ronan Farrow a reconnu ne pas avoir pu établir l’existence d’une liaison ou le fait que Donald Trump était bien le père de l’enfant. Il a contacté la mère et la jeune fille, qui n’ont pas souhaité répondre, ainsi que le père (officiel) de cette dernière, qui a rejeté les imputations de Sajudin comme « fausses et ridicules ». Farrow n’a pas publié les noms de ces dernières personnes, « par respect pour leur vie privée ».

« Catch and kill » : payer et étouffer

Le « New Yorker » affirme également, sur la base de sources anonymes au sein d’AMI, que le groupe de presse pratiquait régulièrement le « catch and kill », le fait de s’assurer les droits exclusifs d’un témoignage avec l’intention de ne jamais le publier. Toujours selon le « New Yorker », le PDG d’AMI, David Pecker, en aurait notamment fait bénéficier, à plusieurs reprises, Donald Trump, dont il est proche.

Un journaliste de CNN, Chris Cillizza, confirme dans un article sur l’affaire qu’il semble y avoir un système organisé pour réduire au silence les accusateurs de Trump avant que leurs propos ne sortent.

Chris Cillizza

@CillizzaCNN

1. Michael Cohen pays off Stormy Daniels

2. American Media Inc. catches and kills Karen McDougal story

3. AMI pays out 30K to a doorman alleging a Trump love child

https://cnn.it/2vbz3lX

 

 

Mi-février, le « New Yorker » avait ainsi évoqué le cas de l’ancienne playmate Karen McDougal, qui dit avoir reçu 150.000 dollars du « National Enquirer » en août 2016 en échange de son témoignage sur sa liaison supposée avec Donald Trump. Selon le magazine, AMI aurait décidé de ne jamais publier ce récit pour préserver le milliardaire.

L’avocat Michael Cohen, l’un des conseils les plus fidèles du président des Etats-Unis, a lui reconnu avoir versé 130.000 dollars à l’actrice porno Stormy Daniels, alias Stephanie Clifford, pour acheter son silence sur la relation sexuelle qu’elle aurait eue avec Donald Trump.

Le président a de son côté démenti toute relation avec Karen McDougal et Stephanie Clifford. Sollicitée par l’AFP, la Trump Organization, holding gérant les intérêts économiques de Donald Trump, n’a pas donné suite.

 

 

 


Par 

https://www.nouvelobs.com/monde/l-amerique-selon-trump/20180413.OBS5126/un-enfant-cache-de-trump-un-tabloid-a-paye-30-000-dollars-et-n-a-rien-publie.html#xtor=EPR-2-[ObsActu17h]-20180413