A gauche, Booba et à droite, Kaaris.  (DOMINIQUE FAGET / AFP)


Après une bagarre à l’aéroport d’Orly, les deux rivaux du rap français se sont retrouvés au tribunal de Créteil, vendredi 3 août. L’audience réunissait la star du rap français, Booba, 41 ans, son ex-poulain Kaaris, 38 ans, et neuf de leurs proches, qui ont passé les deux dernières nuits en garde à vue. Le tribunal a finalement décidé de reporter le procès au 6 septembre et de placer les onze prévenus en détention provisoire, dont les deux rappeurs.

Jugés en comparution immédiate, les deux rappeurs devaient répondre de violences aggravées, aux côtés de neuf de leurs proches ayant pris part à la rixe qui a éclaté dans le hall 1 d’Orly-Ouest, mercredi après-midi. Les vidéos de la bagarre ont fait le tour des réseaux sociaux. Les prévenus encourent des peines pouvant aller jusqu’à sept ans de prison et 100 000 euros d’amende.

« Ce qui est arrivé est inexcusable, déplorable »

« Ce qui est arrivé est inexcusable, déplorable », a déclaré Booba devant le tribunal, mentionnant les « familles qui voyagent », les « gens qui travaillent », et les enfants qui étaient sur place au moment des faits. Le rappeur a assuré qu’il ne savait pas que Kaaris voyageait le même jour que lui. « Si j’avais su, j’aurais changé mes billets », au vu de leurs « antécédents », a-t-il dit, se disant « bien évidemment prêt à payer 50% des dommages et intérêts ».

L’audience, qui a attiré de nombreux journalistes, quelques curieux et des supporteurs des deux clans, a été exceptionnellement délocalisée dans la salle de la cour d’assises, équipée de deux boxes permettant de séparer les deux rappeurs, devenus rivaux après avoir été très proches.