Un tiers des demandes de divorce surviennent peu après les fêtes de fin d’année, selon une enquête réalisée auprès de quinquas et plus. RELAXIMAGES/GETTY IMAGES/CULTURA RF


Les fêtes de fin d’année sont digérées, remisant 2017 dans le passé… tout comme, pour certains, leurs années de vie conjugale. Une étude Kantar TNS que nous révélons, réalisée pour le site de rencontres dédié aux plus de 50 ans DisonsDemain.fr, montre en effet que bonne résolution rime souvent avec séparation. Dans cette enquête menée auprès de quinquas et plus, il apparaît qu’un tiers des demandes de divorce sont survenues après les fêtes de fin d’année, un moment qui semble cristalliser les tensions, voire les accentuer pour 20 % des personnes interrogées.

 -

« C’est une période critique où j’ai beaucoup de demandes de consultation, constate Camille Rochet, psychothérapeute conjugale au Chesnay (Yvelines). Elle met une grosse pression : il faut que tout se passe bien. On regarde plus que d’habitude l’attention que l’autre porte sur soi. Ce moment est symbolisé par le cadeau notamment. » Ce dernier n’est donc pas anodin, loin de là.

« Lorsque le mal-être est latent, Noël est le moment où les déceptions sont les plus cruelles. Tu m’offres toujours le même cadeau, ça se voit que tu l’as acheté la veille… Et puis, avec l’espérance de vie qui s’est allongée, on ne se dit plus j’ai déjà 40 ou 50 ans. On se dit désormais je n’ai QUE 40 ou 50 ans », développe la psychothérapeute.

Pic des inscriptions sur les sites de rencontres

« Nous connaissions ce phénomène de saisonnalité des ruptures, ajoute Sophie Ak Gazeau, vice-présidente du site DisonsDemain.fr. D’ailleurs, nous avons constaté un pic des inscriptions au 26 décembre et lors du premier dimanche de janvier. Ce qui nous a donné l’idée de faire cette étude, c’est le taux de divorcés chez nos 300 000 inscrits, soit 46 %. Cinquante ans est devenu l’âge de tous les possibles, et ça, c’est nouveau. » Les derniers chiffres datant de 2015 montrent d’ailleurs que les divorces repartent à la hausse après une baisse régulière depuis les années 2000. Allons-nous vers la fin d’un effet crise, obligeant, pour des raisons économiques, des couples à renoncer à une séparation coûteuse ?

LIRE AUSSI > Les Français divorcent en moyenne après 15 ans de mariage

Une étude américaine de 2016 notait même un « pic bisannuel des séparations » touchant toutes les tranches d’âge. L’autre période dangereuse pour les couples fragiles étant après les vacances d’été. Mais la période des fêtes, pourtant baptisée trêve des confiseurs, reste leader en la matière.

« On attend beaucoup de ce moment. Il impose le devoir d’être dans la joie. Mais lorsque à l’intérieur des vieilles rancoeurs bouillent, ce décalage peut tout faire exploser », explique Pascal Anger, médiateur familial et psychothérapeute de couple à Paris. Il précise : « C’est une décision qui, le plus souvent, a mis du temps à mûrir et, pour certains, les préparatifs de Noël et du Jour de l’An font ressurgir les conflits, les griefs. C’est l’occasion de faire le bilan, de remettre les compteurs à zéro et donc, parfois, de décider de tout recommencer. »

 

Les seniors ne s’en privent plus

 -

Chez ceux qu’on appelle les seniors, un groupe hétéroclite qui comprend les 55-85 ans, le nombre de séparations augmente, et il augmente même plus vite que dans les autres tranches d’âge. D’après les chiffres de l’Ined (Institut national d’études démographiques), le taux de divorces après un mariage de plus de trente-cinq ans a été multiplié par près de deux en dix ans et par neuf en quarante ans. Ainsi, en 2014, 22 771 hommes et femmes âgés de 60 ans et plus ont divorcé en France, contre 12 958 en 2004. Les chiffres du ministère de la Justice ne disent pas autre chose. Alors que près de 130 000 divorces sont prononcés chaque année, 15 000 seniors ont divorcé après trente-cinq ans de vie commune en 2012, grossissant ainsi les rangs des célibataires. Deux périodes semblent être dangereuses, voire fatales, pour un couple installé depuis de longues années : lorsque les enfants quittent le nid familial et au moment de prendre sa retraite. Des moments où l’on se retrouve seul avec son conjoint, en somme. Mais, si les divorces augmentent chez les seniors, les mariages aussi. D’après les chiffres de l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), les plus de 60 ans étaient 8 322 à passer devant le maire en 2004, contre 13 173 en 2014.


Christine Mateus|12 janvier 2018, 7h21|MAJ : 12 janvier 2018, 10h34